Accueil > La pratique des soins infirmiers > Outils > Trousse de soins primaires > Analyse de rentabilité > Le plan d’affaires

Le plan d’affaires

Le plan d’affaires variera selon le modèle de financement adopté (rémunération à l’acte, plans de financement de rechange, réseaux de santé, etc.). Voici quelques points à prendre en compte dans les recettes et dépenses :

Provenance des recettes

  1. Programmes provinciaux d’assurance-maladie: Augmenter le nombre de visites des patients ou le nombre de patients grâce à une capacité accrue et à un accès amélioré peut contribuer à hausse des recettes. Dans bon nombre de provinces, une visite peut être facturée pourvu que le médecin rencontre le patient. De fait, dans certaines provinces, des procédures comme le dépistage du cancer du col, les vaccins et les injections peuvent aussi être facturés sans qu’il y ait interaction avec le médecin. En moyenne, la facture d’une consultation en cabinet s’élève à 30 $; une équipe médecin-infirmière autorisée devrait pouvoir facilement recevoir deux patients supplémentaires à l’heure, ce qui augmentera les recettes du cabinet de 60 $ et paiera le salaire de l’infirmière autorisée.

    Lorsque les produits livrables ou les cibles des résultats (comme la RR) influent sur les recettes, la capacité de traiter plus de patients est susceptible d’étendre la fourchette de rémunération.

  2. Services non assurables : Le volume de certains services peut augmenter lorsqu’une équipe est en place puisque la capacité est plus élevée. Les recettes augmenteront donc en conséquence. Ces services comprennent les examens médicaux, les formulaires à remplir, les vaccins pour les voyageurs et les autres procédures non prises en compte dans les régimes d’assurance des provinces. Dans certains cabinets, ces recettes supplémentaires proviendront directement de la facturation directe des patients.

  3. Recettes au titre de la recherche : Une équipe médecin-infirmière autorisée peut être plus en mesure de participer à des programmes de recherche et ainsi d’augmenter les recettes du cabinet.

  4. Amélioration des soins : Selon les modalités de financement, un accroissement du dépistage (p. ex. le dépistage du cancer du col) et de la vaccination (p. ex. tétanos, grippe ou pneumonie) augmentera non seulement les soins aux patients, mais aussi les recettes du cabinet.

Dépenses

  1. Salaire de l’infirmière : Le salaire moyen d’une infirmière de niveau moyen au Canada varie entre 30 $ et 40 $ l’heure. Le travail d’une infirmière autorisée est très exigeant et nécessite une expérience et des connaissances avancées. Pour pouvoir recruter et fidéliser les meilleures infirmières autorisées, il peut être important de leur offrir un salaire concurrentiel.

  2. Avantages sociaux : Beaucoup de cabinets de soins primaires n’offrent aucun avantage à leurs employés. Les médecins de ces cabinets devraient songer à majorer les salaires de base pour compenser l’absence d’avantages (ce serait typiquement entre 15 % et 25 % de plus).Dans les cabinets qui offrent une partie ou la totalité des avantages sociaux, le coût de ces avantages (c.?à?d. les cotisations de l’employeur) entrerait en ligne de compte.

  3. Frais généraux : Il est indéniable que les frais de bureau augmenteront du fait que l’équipe médecin-infirmière autorisée traitera un plus grand nombre de clients. Il faudrait tenir compte de ces coûts supplémentaires dans un cabinet de soins primaires. Typiquement, les frais généraux comprennent les salaires du personnel de soutien du bureau, les fournitures médicales et les frais d’exploitation (électricité, entretien, téléphones, dossiers médicaux électroniques, etc.).

  4. Matériel : Il pourrait être nécessaire d’accroître le matériel puisque l’ajout d’une infirmière autorisée augmente le nombre et la diversité des patients qui sont traités dans un cabinet de soins primaires médecin-infirmière autorisée. Voici quelques-unes des dépenses uniques qui pourraient s’ajouter au moment du recrutement d’une infirmière autorisée : stéthoscope, brassards de tensiomètre (tailles différentes), otoscope, thermomètre, pèse-bébé, pèse-personne, stadiomètre (mesure de la taille), table d’examen, lampe d’examen, ordinateur, imprimante, logiciel et licences et ameublement de bureau.

  5. Location de locaux : Il faudra peut-être agrandir les locaux si une infirmière autorisée est recrutée, ce qui ajoutera aux coûts. Link to section 1.4

  6. Masse salariale : Les cotisations de l’employeur au RPC et à l’AE (le cas échéant) varient habituellement entre 8 % et 12 %.

Outils et ressources