Accueil > La pratique des soins infirmiers > La pratique des soins infirmiers > Les soins infirmiers réglementés au Canada

Les soins infirmiers réglementés au Canada

Lire le rapport complet

Afin d'éclairer les travaux futurs sur la pratique intraprofessionnelle, ce rapport, Les soins infirmiers réglementés au Canada : le portrait de 2021 [PDF, 4,2 Mo], traite abondamment de manière méthodique d’histoire, de structures, d’exigences réglementaires, de rôles, d’éducation et de champs d’exercice correspondants aux quatre désignations réglementées d’infirmières et infirmiers au Canada, en plus d’effleurer la pratique avancée des soins infirmiers, la pratique dans une spécialité infirmière et les infirmières sages-femmes. Ce document décrit également les rôles des adjoints aux médecins et des fournisseurs de soins non réglementés travaillant avec les infirmières et infirmiers et dont les rôles chevauchent ceux des soins infirmiers. Le menu complet de tableaux offre un accès rapide à des renseignements détaillés sur chaque désignation d’infirmières et infirmiers et fournit toutes les structures de soutien qui les encadrent au niveau provincial, territorial et fédéral.

Contexte

En juin 2018, l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) a amorcé un nouveau chapitre de son histoire avec le vote écrasant de ses membres afin de permettre aux autres catégories que celles des infirmières et infirmiers autorisés et des infirmières et infirmiers praticiens d’adhérer, y compris les infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés ainsi que les infirmières et infirmiers psychiatriques autorisés. Mais, il est apparu clairement, dans le cadre des consultations menées auprès des infirmières et infirmiers qui ont entraîné le vote de 2018, que plusieurs infirmières et infirmiers ne comprenaient pas bien les différents rôles, mandats et titres de leurs associations professionnelles, syndicats et organismes de réglementation, et qu’il y avait de la confusion et parfois même de la méfiance et un bouleversement total quant aux champs d’exercice et à la manière dont ils se chevauchent entre les quatre désignations réglementées.

Plus récemment, le travail accompli pour l’AIIC avec les infirmières et infirmiers du Canada a montré que malgré de nombreux exemples d’infirmières et infirmiers travaillant bien ensemble, il est incontestable que des tensions et des rivalités de longue date entravent parfois la prestation des meilleurs soins. Cela semble indiquer qu’une compréhension plus approfondie de la formation, des rôles, des champs d’exercice et de la réglementation des quatre désignations des soins infirmiers pourrait découler en des stratégies visant à améliorer le déploiement de tous les types d’infirmières et infirmiers pour optimiser leur efficacité dans la prestation des meilleurs soins possible au patient.

Le présent rapport a paru en février 2021, pendant que le Canada luttait contre la deuxième vague de la pandémie de COVID-19. La discussion publique constante a rarement porté autant sur le travail des infirmières et infirmiers, alors que la plupart des personnes au pays semblent s’être ralliées fortement du côté des fournisseurs de soins de santé. Mais, la pandémie a également révélé des lacunes importantes dans notre système de santé qui nous obligent à examiner les faiblesses que nous avons dissimulées et que nous pallions depuis trop longtemps. Ce rapport volumineux se veut un outil précieux, alors que nous examinons ces lacunes et que nous nous efforçons de définir comment déployer le plus efficacement les 440 000 infirmières et infirmiers de tous les types.

Ce rapport illustre les nombreux problèmes attribuables aux divisions traditionnelles au niveau de l’éducation, de la réglementation, du champ d’exercice et des organisations de soins infirmiers. L’un de ces problèmes concerne la génération la plus instruite d’infirmières et infirmiers de notre histoire qui est enfermée dans des rôles et des fonctions définis depuis des décennies et qui sous-utilisent le capital intellectuel de toute la main-d’œuvre infirmière. L’efficacité des soins de santé du 21e siècle peut requérir une approche plus intraprofessionnelle qui surmonte les restrictions de notre hiérarchie traditionnelle pour assurer des soins améliorés aux patients et un meilleur fonctionnement de l’ensemble du système de santé. Par leur nombre même, les organisations de soins infirmiers (les ordres, les associations et les syndicats), qui sont engagées dans différents secteurs de la main-d’œuvre infirmière ainsi qu’envers des intérêts et des objectifs individuels, créent-elles ainsi une séparation et empêchent-elles l’évolution des soins infirmiers? Perpétuent-elles une dynamique désuète au sein de la profession? D’autres préoccupations – l’éducation ségrégationniste, la délimitation des champs d’exercice jalousement gardée et le manque de compréhension des rôles de chacun – peuvent toutes limiter la capacité des infirmières et infirmiers de prodiguer les soins de qualité dont les patients ont besoin et qu’ils méritent, en plus d’ajouter un fardeau sur notre système de santé.

Nous espérons que ce rapport, comme première étape vers un changement significatif, fournit de la clarté et une compréhension plus approfondie de tous les infirmières et infirmiers réglementés au Canada; encourage l’exploration des structures et des pratiques qui facilitent la prestation d’excellents soins et contribue à éliminer les obstacles et les traditions qui empêchent l’amélioration.