Accueil > Représentation et politiques > Commission nationale d’experts > À propos de nous > Membres de la Commission

Membres de la Commission

La commission est coprésidée par deux Canadiennes extrêmement capables et respectées : Marlene Smadu et Maureen A. McTeer. Une équipe de personnes d’expérience, avec des expertises diverses et des cheminements complémentaires font partie de la commission.

Biographies des commissaires

Marlene Smadu, RN, EdD, coprésidente

Infirmière chef de file au Canada et à l’étranger, Marlene Smadu est aussi championne de la santé, des soins infirmiers et du secteur de l’éducation. Actuellement, elle est doyenne associée du Campus du sud de la Saskatchewan et des Affaires des étudiants étrangers au Collège des sciences infirmières de l’Université de la Saskatchewan.

Mme Smadu détient un diplôme en soins infirmiers de l’École d’infirmières des Sœurs grises de Regina, un baccalauréat en sciences infirmières de l’Université de la Saskatchewan, une maîtrise en éducation de l’Université St. Francis Xavier à Antigonish et un doctorat en éducation de l’Université Nova Southeastern à Fort Lauderdale.

Après avoir été présidente de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada de 2006 à 2008, donc durant le centenaire de l’organisme, Mme Smadu a été élue pour le mandat de 2009 à 2013, à l’un des trois postes de vice-présidente du Conseil international des infirmières au cours de l’assemblée quadriennale de 2009 tenue à Durban, en Afrique du Sud.

Avant de se joindre à l’Université de la Saskatchewan, elle a été conseillère principale en soins infirmiers (2000-2002) et sous-ministre adjointe de la Santé (1998-2000) au gouvernement de la Saskatchewan, puis consultante en éducation et directrice générale de la Saskatchewan Registered Nurses Association (1994-1998). Au cours de sa carrière, elle a notamment prodigué des soins infirmiers en Papouasie (Nouvelle-Guinée) et au Qatar, et travaillé dans de nombreux domaines cliniques, ainsi qu’en enseignement, en administration, en recherche et dans le secteur des politiques infirmières.

Mme Smadu est présidente du Conseil de la qualité en santé de la Saskatchewan, membre du conseil d’administration de l’Institut canadien d’information sur la santé et membre de l’équipe principale et coprésidente du Groupe de travail sur la prévention et la prise en charge des maladies chroniques pour l’initiative de refonte des soins de santé primaires et des soins infirmiers lancée par le ministère de la Santé de la Saskatchewan. Elle est aussi facilitatrice dans les discussions de partenariat entre la Saskatchewan Union of Nurses et le gouvernement de la Saskatchewan, qui portent sur la fidélisation et le recrutement du personnel infirmier.

Le programme de recherche de Marlene porte notamment sur la planification et le perfectionnement des ressources humaines de la santé, la santé des Autochtones, la création de milieux de travail de qualité, l’amélioration de la qualité, les politiques de la santé, le transfert des connaissances et le leadership.

Mme Smadu est persuadée que la refonte des systèmes de soins de santé doit être dictée par les patients et les familles et qu’il faut travailler avec le public pour garantir que les soins prodigués dans tout le continuum de la santé, depuis la prévention des maladies et la promotion de la santé jusqu’aux soins de soutien et aux soins palliatifs, en passant par les soins curatifs et les soins de réadaptation, sont appropriés et disponibles.

Retour au début

Maureen A. McTeer, BA, MA, LLB, LLM, LLD HONORIS CAUSA, coprésidente

Avocate et auteure canadienne respectée, Maureen McTeer est une chef de file en matière de promotion de la santé et un symbole de l’égalité entre les sexes au Canada. Elle est titulaire d’une maîtrise en droit de la santé de l’Université Dalhousie à Halifax et d’une maîtrise en droit et éthique de la biotechnologie de l’Université de Sheffield au Royaume-Uni, ainsi que de trois doctorats honorifiques. Mme McTeer a connu une longue carrière en promotion de la santé des femmes, y compris de la santé maternelle et génésique, ainsi que dans les domaines plus généraux de la justice sociale, de la promotion de la démocratie, de l’enseignement et de l’éthique. Elle a été la première présidente du conseil d’administration du programme de stages en droit pour l’Europe centrale et de l’Est organisé par l’Association du Barreau canadien, et membre de la Commission royale sur les nouvelles techniques de reproduction. Mme McTeer est professeure auxiliaire à la Section de common law de la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa et a été récemment chercheuse distinguée au Washington College of Law de l’American University à Washington, D.C.

Retour au début

The Honourable Sharon Carstairs, PC, BA, MAT, LLD (hons)

L’honorable Sharon Carstairs défend avec ardeur la cause des soins palliatifs au Canada depuis 1994, en tant que sénateur et que ministre fédérale. Originaire de Halifax, en Nouvelle‑Écosse, le sénateur Carstairs a étudié à l’Université Dalhousie, où elle a obtenu un baccalauréat ès arts en sciences politiques et en histoire. Ayant poursuivi ses études, elle obtint une maîtrise en enseignement de l’histoire du Smith College, à Northampton (Massachusetts), en 1963. Elle enseigna par la suite au Massachusetts, en Alberta et au Manitoba dans les systèmes scolaires public, privé et catholique.

En 1984, elle amorça sa carrière publique et devint chef du Parti libéral du Manitoba, puis fut élue à l’Assemblée législative en 1986. En 1988, le Parti libéral du Manitoba lui dut de faire des gains électoraux massifs et elle devint la première femme à diriger l’Opposition officielle dans une assemblée législative au Canada. Elle demeura députée de l’Assemblée législative jusqu’à sa nomination au Sénat, en 1994. De 1997 à 1999, le sénateur Carstairs a été leader adjoint du gouvernement au Sénat, la première femme à occuper ce poste. De 2001 à 2003, elle a été membre du Conseil des ministres en tant que leader du gouvernement au Sénat et ministre chargée de responsabilités spéciales à l’égard des soins palliatifs.

Le sénateur Carstairs défend également la cause des femmes et des enfants, et plaide en faveur des droits de la personne. Elle a d’ailleurs mis sur pied la fondation Prairieaction, un organisme à but non lucratif qui se consacre à l’élimination de la violence familiale et de la violence faite aux femmes, et en a occupé la présidence. Elle a présidé le Comité des droits de la personne de l’Union interparlementaire.

Le sénateur Carstairs a été membre et présidente de divers comités sénatoriaux, notamment de deux comités qui se sont penchés sur la question des soins palliatifs. Elle a en outre présidé le Comité sénatorial spécial sur le vieillissement.

Elle a par ailleurs publié deux rapports spéciaux sur les soins palliatifs au Canada, l’un en 2005, et le plus récent en juin 2010, intitulé Raising the Bar.

Retour au début

Thomas d’Aquino, BA, JD, LLD, LLM

Thomas d’Aquino est entrepreneur, avocat, administrateur de sociétés, auteur et formateur. Il est président du conseil chez Thomas d’Aquino Capital et président et directeur général chez Intercounsel Ltd., société privée qui conseille des chefs de direction et des entrepreneurs du Canada et de l’étranger en matière de stratégies d’affaires et de politiques publiques. M. d’Aquino siège au conseil d’administration de Manulife Financial Corporation, CGI Group Inc. et Coril Holdings Ltd. et il est président de la Fondation du Musée des beaux-arts du Canada.

M. d’Aquino a des liens avec deux des principaux établissements universitaires du Canada comme éminent professeur invité en stratégies des affaires internationales et des politiques publiques à l’École d’affaires internationales Norman Paterson de l’Université Carleton et comme professeur honoraire à l’École des études commerciales Richard Ivey de l’Université Western Ontario. Plus tôt au cours de sa carrière, il fut adjoint spécial du premier ministre du Canada et professeur auxiliaire de droit à l’Université d’Ottawa, chargé de cours en droit du commerce international et des transactions commerciales mondiales.

De 1981 à 2009, M. d’Aquino fut directeur général et président du Conseil canadien des chefs d'entreprise, une organisation composée de chefs d’entreprise des 150 entreprises de pointe au pays et d’entrepreneurs de prestige. M. d’Aquino a dirigé le conseil dans ses débuts. À sa retraite du conseil le 31 décembre 2009, les compagnies membres affichaient 850 milliards de dollars en revenus annuels et 4,5 trillions d’actifs. Une valeur combinée à la Bourse canadienne combinée de 675 milliards de dollars, les entreprises sont responsables de la plus grande part des exportations, des investissements et de la formation du secteur privé au Canada. En reconnaissance de son leadership exemplaire, M. d’Aquino a été nommé membre distingué à vie par le conseil d’administration du Conseil canadien des chefs d'entreprise.

M. d’Aquino a joué un rôle influent dans l’orientation des politiques sur la fiscalité, l’impôt, le commerce, l’énergie, l’environnement, la compétitivité et la gouvernance d’entreprise au Canada. Sur la scène internationale, il a été penseur et militant de premier plan dans un vaste éventail de grands dossiers américains et mondiaux portant sur les finances internationales, la concurrence, le commerce, l’énergie, l’environnement et la sécurité mondiale. Un des architectes, en provenance du secteur privé, de l’initiative de libre-échange Canada-États-Unis et de l’Accord de libre-échange nord-américain, il aide actuellement à piloter des initiatives du secteur privé qui visent à définir une nouvelle ère dans les relations canado-américaines et il joue un rôle actif dans des négociations visant à resserrer les liens entre le Canada et la Chine, l’Inde, le Japon, l’Australie et l’Union européenne. Ses travaux traitent des enjeux liés aux G20.

Originaire de Nelson en Colombie-Britannique, M. d’Aquino a étudié à l’Université de la Colombie-Britannique, à l’Université Queen’s et à Londres (University College et London School of Economics). Il est bachelier en arts, maître en droit et détient un doctorat honorifique en droit de l’Université Queen’s et un autre de l’Université Wilfrid Laurier.

On a dit de M. d’Aquino qu’il est le stratège politique le plus influent et le principal ambassadeur du Canada dans le domaine des affaires mondiales. Il est l’auteur de nombreuses publications, y compris du célèbre ouvrage intitulé Northern Edge: How Canadians Can Triumph in the Global Economy. On peut l’entendre fréquemment commenter à la radio et à la télévision et comme orateur de plateformes au Canada, aux États-Unis, en Europe, en Asie et en Amérique latine. M. d’Aquino s’est adressé à des auditoires de plus de quarante pays et dans plus d’une centaine de villes dans le monde.

Retour au début

Robert G. Evans, OC, PhD

Membre fondateur du Centre de recherche sur les services et les politiques de santé (CHSPR) de l’Université de la Colombie-Britannique, M. Evans a toujours été un chef de file des milieux universitaires et un économiste de la santé de réputation mondiale. Ses études comparatives innovatrices sur le système de soins de santé et les stratégies de financement ont orienté les politiques au Canada et donné des idées à des gouvernements et à des organismes de santé dans le monde entier. Universitaire décoré, M. Evans a reçu la plus haute distinction du Canada pour sa carrière lorsqu’il a été nommé officier de l’Ordre du Canada. Il a aussi été membre, en 1990, de la Commission royale sur les soins et les coûts de la santé de la Colombie-Britannique et, de 1994 à 1997, du Forum national sur la santé, présidé par le premier ministre du Canada.

Ses ouvrages Strained Mercy: The economics of Canadian health care et Why Are Some People Healthy and Others Not? The Determinants of Health of Populationssont considérés comme des classiques qui font autorité dans le domaine.

Officier de l’Ordre du Canada, M. Evans est aussi membre de la Société royale du Canada et de l’Institut canadien de recherches avancées, où il a dirigé le programme de la santé des populations de 1987 à 1997. Il est aussi membre à vie honoraire du Collège canadien des leaders en santé et de l’Association canadienne pour la recherche sur les services et les politiques de la santé, et membre de la National Academy of Social Insurance aux États-Unis. En 2001, il est devenu le premier Canadien (et le deuxième non-Américain) à remporter le Prix de recherche sur les services de santé de la Fondation internationale Baxter.

Récipiendaire d’un prix Killam de l’Université de la Colombie-Britannique, M. Evans est un auteur prolifique et un professeur, chercheur et consultant actif auprès du Centre de recherche sur les services et les politiques de la santé du Département d’économie de l’UCB. M. Evans a fait ses études de premier cycle en économie politique à l’Université de Toronto et obtenu un doctorat en science économique de l’Université Harvard.

Retour au début

Robert Fraser, MN, inf. aut.

Infirmier, Robert Fraser est passionné par la façon dont la technologie peut changer notre façon d’échanger de l’information. Il est actif et engagé, tant au Canada qu’à l’étranger. Sur la scène locale, il a fait du bénévolat dans de nombreux milieux, des services de soupe populaire aux conseils consultatifs sur les soins de santé. À l’échelon régional, il conseille l’Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario au sujet de sa stratégie numérique. Sur la scène nationale, il a travaillé avec des groupes d’étudiants et œuvré avec des groupes de représentation des soins infirmiers. À l’étranger, il a travaillé à des projets de développement communautaire à Trinité-et-Tobago, en Allemagne et en Inde.

L’intérêt que M. Fraser porte à la technologie et sa créativité dans ce domaine sont devenus des éléments importants de sa carrière en soins infirmiers déjà durant ses études de premier cycle. En 2008, il a lancé Nursing Ideas (http://nursingideas.ca), site infirmier qui permet d’établir des liens avec des professionnels et des étudiants en soins infirmiers, d’une part, et des chefs de file, des innovateurs et des chercheurs en soins de santé, de l’autre. Le site propose notamment des entrevues vidéo avec des invités variés, telle Marla Salmon, ancienne infirmière en chef des États-Unis, ou Suzanne Gordon, journaliste et défenseure des soins infirmiers. Ce site Web a attiré plus de 20 000 visiteurs de 110 pays, ce qui a validé la conviction de M. Fraser concernant le bénéfice que représente, pour les infirmières, l’utilisation de la technologie et d’outils en ligne.

Après avoir terminé son diplôme de premier cycle à l’Université Ryerson, M. Fraser a été recruté pour terminer sa maîtrise à l’Université de Toronto. Il s’attend à l’obtenir au cours de l’été 2011. Il a été le seul infirmier choisi pour recevoir une bourse de recherche en innovation (Isuma) et travailler avec la cellule d’innovation en stratégies de la santé, groupe consultatif de recherche qui travaille pour le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario. Il est actuellement chercheur débutant au Collège Massey et collabore avec des organisations du secteur de la santé afin de mieux mobiliser patients et fournisseurs en ligne.

Retour au début

Francine Girard, RN, PhD

Francine Girard détient un baccalauréat, une maîtrise et un doctorat en Sciences infirmières de l’Université de Calgary et a occupé divers postes dans le milieu de la santé en Alberta.

De 2000 à 2003, Mme Girard a été première vice-présidente et directrice des Soins infirmiers à la Calgary Health Region. De septembre 2003 à avril 2005, elle a été promue au poste de vice-présidente principale à la Pratique professionnelle et à la recherche et directrice des Soins infirmiers.

En 2006, elle est devenue vice-présidente des provinces de l’Ouest pour les Infirmières de l’Ordre de Victoria du Canada (VON).

Depuis juin 2007, Mme Girard est doyenne et professeure agrégée à la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal. Sous sa gouverne, la Faculté a mis en œuvre le nouveau programme d’infirmières praticiennes en soins de première ligne et a reçu un appui de 250 000 $ de la Fondation Newton pour le lancement du Centre d’innovation en formation infirmière (CIFI).

En 2008, la Faculté a introduit le nouveau programme de baccalauréat à temps partiel, développé et mis en œuvre un microprogramme en Leadership et gestions des services infirmiers à la maîtrise. La Faculté a reçu l’agrément national de l’Association des écoles de sciences infirmières (ACESI) pour ses programmes de baccalauréat, ainsi que l’agrément de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec et du Collège des médecins du Québec pour les programmes d’infirmières praticiennes en cardiologie et en néphrologie.

Sur le plan de la recherche, Mme Girard est chercheuse principale pour deux projets de recherche, l’un sur la scène provinciale, le second au niveau international. Elle est également membre de deux groupes de recherche, notamment en administration des services infirmiers et en pédagogie des sciences infirmières.

L’année 2009 a été marquée par le développement de la planification stratégique (2009-2014) de la Faculté des sciences infirmières, ainsi que du plan opérationnel, du plan de communication et du plan de la planification stratégique de la recherche.

En 2010, la Faculté a révisé ses programmes de maîtrise et de doctorat pour les mettre en œuvre dès septembre.

En collaboration avec les partenaires cliniques de la Faculté des sciences infirmières, Mme Girard et son équipe sont en train de concevoir et de développer un Modèle Caring qui sera déployé à l’automne, tant dans les programmes de la faculté que dans les établissements de santé affiliés à l’Université de Montréal.

Retour au début

Vickie Kaminski, RN, BScN, MBA

Vickie Kaminski est actuellement présidente et chef de la direction de la Régie régionale de la santé de l’Est à Terre-Neuve‑et-Labrador.

Santé de l’Est, la régie de la santé la plus importante à Terre-Neuve‑et-Labrador, est une entité intégrée chargée de fournir un éventail complet de services de santé aux péninsules d’Avalon, de Burin et de Bonavista. La régie fournit en outre des services de soins tertiaires à toute la population de la province.

Mme Kaminski a plus de 35 ans d’expérience du leadership dans des postes de haute direction. Elle est diplômée en sciences infirmières de l’Université Laurentienne et titulaire d’un MBA de l’Université Northwestern à Chicago et de l’Université York à Toronto. Elle est infirmière autorisée en Ontario et à Terre-Neuve et Labrador.

Au fil des ans, Mme Kaminski a occupé divers postes au sein du système de santé et comme bénévole au conseil d’administration de plusieurs organismes sans but lucratif. Elle est actuellement membre du Réseau Trillium pour le don de vie en Ontario.

Mme Kaminski est membre du Collège canadien des leaders en santé et inspecteur pour Agrément Canada. Elle participe aux travaux de nombreux comités provinciaux et nationaux qui portent sur les services de santé.

Retour au début

Julie Lys, RN, NP, MN

Julie Lys est infirmière praticienne et titulaire d’une maîtrise en pratique infirmière avancée. Elle s’intéresse vivement aux soins de santé primaires et aux soins infirmiers, ainsi qu’à la promotion de la santé dans les communautés autochtones.

Comme infirmière métisse, Mme Lys a représenté les Territoires du Nord-Ouest au conseil d’administration de l’Association des infirmières et infirmiers autochtones du Canada pendant neuf ans. Au cours de cette période, elle a collaboré avec plusieurs organismes autochtones du Canada pour aborder des enjeux de la santé des Autochtones. Elle a connu un des points saillants de sa carrière lorsqu’elle a pris la parole devant le sous-comité sénatorial sur la santé des populations chargé d’étudier les problèmes de santé des Autochtones en 2007.

Mme Lys travaille depuis 23 ans dans sa communauté natale de Fort Smith (Territoires du Nord-Ouest) où elle a occupé divers postes en soins infirmiers. Elle a travaillé en milieu hospitalier comme infirmière autorisée, en soins à domicile comme infirmière coordonnatrice, en éducation comme formatrice en soins infirmiers, en gestion comme directrice de programmes et services de santé et dans une clinique médicale et un centre de santé comme infirmière praticienne.

Mme Lys préconise une approche interdisciplinaire des soins de santé qui consiste à collaborer avec de nombreux intervenants de la communauté pour y améliorer les soins de santé. En 2006, elle a aidé à remettre sur pied le Groupe interagences de Fort Smith qui a créé dans la communauté l’École Phoenix qui a été primée et qui connaît un franc succès. Cette école permet aux élèves qui ont quitté le système scolaire de revenir terminer leurs études secondaires.

Reconnaissant l’importance de bons systèmes de santé et d’éducation dans le développement d’une communauté solide, Mme Lys est très engagée dans les deux domaines. Elle est présidente de la régie de l’éducation du district et a aidé à apporter de nombreuses améliorations aux écoles de la région en neuf ans. Elle est membre du conseil d’administration du Conseil métis de Fort Smith et exerce à ce titre des pressions en faveur d’une amélioration des services de santé et d’éducation dans la communauté.

S’intéressant vivement à la recherche en santé, Mme Lys est administratrice fondatrice de l’Institut de recherche en santé circumpolaire (auparavant Réseau de la recherche en santé de l’Arctique). Elle est toujours active dans cet organisme qui aide à renforcer la capacité de recherche en santé dans le Nord. Mme Lys a aussi fait l’objet d’un profil dans infirmière canadienne (avril 2010).

Retour au début

Sioban Nelson, RN, PhD, FCAHS

Chercheuse de premier plan en soins infirmiers, Sioban Nelson est l’auteure de deux ouvrages et de quatre collections, dont Say Little, Do Much: Nursing, Nuns and Hospitals in the Nineteenth Century (University of Pennsylvania Press, 2001), histoire des établissements hospitaliers religieux et des soins infirmiers au XIXe siècle, qui s’est mérité des éloges. Elle a été corédactrice, avec Suzanne Gordon, de Complexities of Care: Nursing Reconsidered (Cornell University Press, 2006), ouvrage innovateur qui a été primé, portant sur les défis auxquels fait face la profession infirmière moderne. Elle est aussi rédactrice en chef de Nursing Inquiry, revue de premier plan publiée par Wiley-Blackwell, et corédactrice de The Culture and Politics of Health Care Work (Cornell University Press).

En recherche, elle s’intéresse actuellement à l’étude de l’influence de la Fondation Rockefeller sur les soins infirmiers mondiaux au milieu du XXe siècle, à l’évaluation de la compétence en pratique professionnelle, à la réglementation des professionnels de la santé, à la mobilité et à l’effectif professionnel de la santé dans le monde, ainsi qu’à l’histoire transnationale de la profession infirmière. Son septième ouvrage, Notes on Nightingale, The Influence and Legacy of a Nursing Icon– qui est une collection de dissertations sur Florence Nightingale produite pour commémorer le centenaire de son décès, et qui a été corédigée avec Anne Marie Rafferty, doyenne de l’École d’infirmières et de sages-femmes Florence Nightingale au King’s College de Londres – a été publié en 2010.

Mme Nelson est arrivée au Canada en novembre 2005, en provenance de l’Australie, pour occuper le poste de doyenne de la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Toronto. Auparavant chef de l’École de soins infirmiers à la Faculté de médecine, d’art dentaire et de sciences de la santé de l’Université de Melbourne, elle était chef de file en formation et en recherche infirmière en Australie. Elle a fait ses études en soins infirmiers à Darwin, dans l’extrême nord de l’Australie. Elle a aussi pratiqué en soins actifs, soins intensifs, soins à domicile et soins communautaires. Mme Nelson a de solides antécédents en soins infirmiers internationaux et est déterminée à favoriser l’expansion continue du portefeuille international du personnel enseignant de Bloomberg.

Retour au début

Charmaine Roye, BSc, MDCM, FRCSC

Obstétricienne-gynécologue active à Brantford (Ontario), la
Dre Charmaine Roye est aussi chef du personnel médical du Système de soins de santé communautaire de Brant. S’intéressant à la fois à la santé des femmes et au leadership médical, elle a occupé de nombreux rôles de chef de file auprès d’organismes locaux, provinciaux et nationaux. Elle a notamment été la présidente nationale de la Fédération des femmes médecins du Canada. Elle a aussi été membre du conseil d’administration de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada et de l’Association médicale canadienne. Elle compte à son palmarès le Prix d’excellence en leadership médical 2007 de la Société canadienne des médecins gestionnaires, le Prix pour service exceptionnel 2007 du Système de santé communautaire de Brant et le Prix May-Cohen de mentorat pour les femmes médecins 2009 de la Fédération des femmes médecins du Canada.

Retour au début

Heather Smith, RN

Heather Smith est la présidente provinciale des United Nurses of Alberta, organisme qui représente plus de 24 000 infirmières et infirmiers autorisés, infirmières et infirmiers psychiatriques autorisés et autres travailleurs de la santé. Elle a été élue présidente pour la première fois en 1988.

Mme Smith a siégé à tous les comités de négociation des United Nurses of Alberta au cours des nombreuses rondes de négociations qui ont eu lieu avec la province depuis 1985. Depuis les années 80, elle appuie activement Friends of Medicare. Mme Smith et les infirmières de l’Alberta défendent avec fierté les soins de santé publique universels et ont participé à de nombreuses campagnes fructueuses.

Retour au début

Rachel Bard, RN, MAEd (ex officio)

Comme directrice générale, Mme Bard cherche à positionner les infirmières et infirmiers en tant que chefs de file du système de santé du Canada, tout en précisant et en faisant progresser davantage la discipline des soins infirmiers dans l’intérêt du public. Elle trace infatigablement la voie de l’avancement de programmes stratégiques axés sur les ressources humaines de la santé, le renouvellement du système de santé, ainsi que la santé et la justice sociale dans le monde. Par son travail qui porte sur la représentation et les politiques de réglementation à l’échelon national, elle continue de façonner la vision de l’AIIC face à l’avenir des soins de santé.

Avant de se joindre à l’AIIC, Mme Bard a occupé de nombreux postes au gouvernement du Nouveau-Brunswick. Elle a été sous-ministre de plusieurs portefeuilles portant sur l’enseignement postsecondaire, la formation, le travail et l’environnement. Mme Bard a aussi été sous-ministre adjointe chargée de la santé publique et des services médicaux au ministère de la Santé de la province.

Active également sur les scènes nationale et internationale, Mme Bard a représenté le Canada dans divers groupes de travail du Conseil international des infirmières sur la main-d’œuvre et les soins de santé. Elle a été la déléguée canadienne à la Conférence internationale du Travail sur l’emploi des jeunes et elle a siégé au conseil d’administration du Centre pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement de l’Organisation de coopération et de développement économiques. Comme infirmière en santé mentale pendant plus de 27 ans, elle a occupé des postes de clinicienne, d’administratrice et d’enseignante. Elle a aussi été présidente de l’AIIC.

Retour au début

Judith Shamian, RN, PhD, LLD (hon), DSci (hon), FAAN (ex officio)

Judith Shamian est la présidente de l’AIIC (2010-2012) et la présidente et la chef de la direction de VON Canada (Infirmières de l’Ordre de Victoria). Elle est aussi professeure à la Faculté des sciences infirmières Lawrence S. Bloomberg de l’Université de Toronto, ainsi que cochercheuse au sein de l’Unité de recherche sur les services de santé en soins infirmiers de cette faculté.

Mme Shamian a été la directrice exécutive du Bureau de la politique des soins infirmiers (1999-2004) après avoir été, pendant dix ans, la vice-présidente des soins infirmiers à l’Hôpital Mount Sinai de Toronto.

À titre de présidente et de chef de la direction de VON Canada,
Mme Shamian a guidé l’organisme au cours d’une période de transition et de transformation importante afin de constituer l’organisme en une seule unité organisationnelle. Cette restructuration permettra à VON, au cours de son second siècle d’existence, de soutenir sa position d’organisation caritative à but non lucratif qui fournit le plus de soins à domicile et de soins communautaires au Canada. Dans son rôle à VON, Mme Shamian défend la cause des soins à domicile et des soins communautaires au Canada et travaille à renforcer les partenariats entre les fournisseurs de soins de santé officiels, les familles et les amis qui fournissent des soins, ainsi que les bénévoles et les organisations communautaires, reconnaissant et appuyant ainsi tout le spectre des soins dans ce domaine.

Mme Shamian a obtenu son doctorat de l’Université Case Western Reserve de Cleveland (Ohio), sa maîtrise en santé publique de l’Université de New York et son baccalauréat en sciences infirmières communautaires de l’Université Concordia de Montréal. Elle a été la récipiendaire du prix Ross en leadership dans la profession infirmière en 1995, de la Médaille du Jubilé d’or décernée par le gouverneur général du Canada en 2002, ainsi que du prix de Mérite de l’AIIC et de la FCSII en 2004.

Mme Shamian est aussi titulaire de doctorats honorifiques de l’Université de Lethbridge, en Alberta (2005), et de l’Université Ryerson à Toronto (2006). En 2008, elle a reçu le Prix du centenaire de l’AIIC reconnaissant le leadership dans la profession infirmière au cours des 100 années précédentes. En 2009, Mme Shamian a reçu du Réseau des femmes exécutives le Prix des 100 femmes les plus influentes du Canada et elle est également devenue une International Fellowde l’American Academy of Nursing.

Mme Shamian a publié beaucoup de travaux et fait de nombreuses conférences sur divers sujets aux niveaux national et international. À titre d’experte et de conseillère, elle est souvent invitée à commenter les enjeux relevant des soins infirmiers – dont les ressources humaines de la santé, le leadership et les politiques de la santé – par des agences et ministères provinciaux et fédéraux et, sur le plan international, par d’autres gouvernements, organismes universitaires et l’Organisation mondiale de la Santé.

Retour au début

Michael J. Villeneuve, RN, MSc (ex officio, non-voting and Executive Lead)

Michael Villeneuve est un infirmier chef de file bien connu au Canada pour ses travaux sur l’avenir des soins infirmiers et des soins de santé. Il dirige le secrétariat de la Commission, qui est basé à l’AIIC, à Ottawa.

M. Villeneuve a été chercheur invité à l’AIIC de 2006 à 2011, après avoir commencé à travailler pour l’association en juillet 2004 comme infirmier-conseiller principal. Il a été l’un des chefs de file du programme prospectif « Vers 2020 » de l’AIIC et de ses activités continues en politiques publiques d’un bout à l’autre du Canada. Il a dirigé l’élaboration de La Dixième décennie : à l’aube d’un nouveau siècle, travail important qui fait ressortir le leadership et les réalisations de l’AIIC de 2000 à 2009, et il est l’auteur de l’histoire à paraître des cent premières années de l’AIIC, The CNA 1908-2008: One Hundred Years of Service (L’AIIC de 1908 à 2008 : cent ans de services). M. Villeneuve est actuellement rédacteur de la section sur la politique de la santé et l’innovation du Canadian Journal of Nursing Leadership, et il a été directeur général de l’Académie des chefs de direction en soins infirmiers en 2007-2008.

En 2003, Santé Canada a nommé M. Villeneuve conseiller invité auprès de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à Paris, où il a été co-auteur du rapport sur les ressources humaines du secteur des soins infirmiers dans le contexte de l’étude internationale sur le rendement des systèmes de santé réalisée par l’OCDE. Pendant qu’il était au Bureau de la politique des soins infirmiers, M. Villeneuve a été rédacteur principal et secrétaire du Comité consultatif fédéral-provincial-territorial (FPT) sur les soins infirmiers. La contribution de M. Villeneuve au premier accord sur la santé que les premiers ministres ont signé en 2003 a été reconnue par un Prix de mérite qui lui a été décerné dans le contexte du programme des Prix d’excellence du sous-ministre de Santé Canada.

Juste avant son entrée en fonction à Santé Canada, M. Villeneuve a été directeur de la gestion des soins aux patients à l’unité neurologique des soins intensifs et à l’unité de neurotraumatologie du Centre des sciences de la santé Sunnybrook de Toronto (1994-1999). Au cours des années précédentes, alors qu’il était formateur et infirmier clinicien, il avait eu du succès comme expert des soins infirmiers cliniques et avait publié de nombreuses communications et prononcé de nombreuses conférences sur les lésions du cerveau et de la moelle épinière. Pendant trois ans, il avait coordonné un service de recherche multiprofessionnel basé à la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Toronto, son alma mater (BScN. et MSc).

La Commission on Graduates of Foreign Nursing Schools a honoré M. Villeneuve à Philadelphie en lui décernant l’édition 2007 du Prix Adele Herwitz de chercheur distingué de l’étranger. Il a été nommé l’un des 90 diplômés notoires de la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Toronto au cours des célébrations du 90e anniversaire de la faculté en 2010.

Retour au début

 

Biographies du personnel du secrétariat

Donna Dewar, PMP, ITIL
Gestionnaire du portefeuille de projets, Association des infirmières et infirmiers du Canada

Professionnelle agréée en gestion de projet, Donna Dewar a plus de 10 ans d’expérience dans le secteur sans but lucratif. Elle est devenue récemment gestionnaire du portefeuille de la Gestion de projets de l’AIIC après avoir occupé le poste de gestionnaire des services électroniques à la Division des services de technologie de l’information. Dans ce dernier rôle, Mme Dewar a apporté des contributions clés au lancement réussi de nombreuses initiatives en ligne de l’AIIC.

Avant son arrivée à l’AIIC, Mme Dewar a été directrice des services d’applications Web et d’entreprise à la Croix-Rouge canadienne. Elle a été chargée de moderniser les initiatives en ligne comme des sites Web nationaux et régionaux, des communications en ligne sur les affaires publiques, des applications d’entreprise et la plateforme des dons en ligne. C’est à cette époque qu’elle est devenue certifiée en pratiques informatiques exemplaires au sein de l’entreprise (Information Technology Infrastructure Library [ITIL]), contribuant ainsi à améliorer le processus des technologies de l’information à la Croix-Rouge canadienne.

Au début des années 2000, Mme Dewar a surveillé la création de nouveaux médias et d’initiatives en ligne comme « Vivre sans fumée » à Santé Canada. Elle a aussi occupé le poste bénévole de directrice générale de la section d’Ottawa de DigitalEve, où elle favorisait l’adoption – en particulier par les femmes – de l’Internet et des technologies numériques émergentes.

Retour au début

Laurie Sourani, BA, LLB
Analyste des politiques, Association des infirmières et infirmiers du Canada

Avant de se joindre à la nouvelle division des Politiques et du leadership de l’AIIC, Laurie Sourani travaillait à la division des Politiques de réglementation de l’organisme, où elle a participé à la révision du Code de déontologie des infirmières et infirmiers, à divers projets sur les ressources et la recherche en éthique qui comportaient l’analyse d’enjeux et de tendances reliés à la réglementation et à l’élaboration de politiques.

Mme Sourani s’intéresse vivement aux questions de justice sociale et elle a eu l’occasion de travailler et de faire du bénévolat pour différents organismes communautaires et organisations du domaine des droits de la personne.

Retour au début

Joy Varona, Adjointe administrative, Association des infirmières et infirmiers du Canada

Adjointe administrative accomplie, Joy Varona a 18 ans d’expérience de soutien efficace auprès des cadres supérieurs d‘organisations privées, sans but lucratif et publiques. À l’AIIC, Mme Varona a appuyé la directrice des Politiques de réglementation en mettant en place des processus et des systèmes qui puissent assurer le fonctionnement transparent du service. Au début de la révision du Code de déontologie des infirmières et infirmiers (2008) de l’AIIC, elle s’est occupée de la logistique des réunions du Comité consultatif de l’éthique, s’est occupée de la présentation graphique des versions préliminaires, a diffusé des questionnaires et colligé des réponses. Elle a aussi coordonné la planification et la logistique des réunions portant sur l’édition annuelle de l’Examen d’autorisation infirmière au Canada (EAIC) et elle a appuyé la préparation des rapports sur l’EAIC pour les écoles de sciences infirmières depuis le lancement du projet pilote en 2005.

Mme Varona est diplômée de la Maison mère (Collège de secrétariat Notre Dame), école de commerce très respectée de Montréal.

Retour au début