Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2015 > Les premiers résultats à l’examen NCLEX-RN inquiètent la profession infirmière

Les premiers résultats à l’examen NCLEX-RN inquiètent la profession infirmière

Le vendredi 11 septembre 2015, Ottawa — L’examen d’entrée dans la profession infirmière constitue la pierre angulaire de l’autoréglementation de la profession au Canada. En tant que voix nationale de la profession infirmière, l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) s’inquiète donc du taux de réussite à l’examen NCLEX-RN qu’ont obtenu les étudiantes et étudiants canadiens. L’examen, élaboré et administré par le National Council of State Boards of Nursing, Inc., a été sélectionné par le Conseil canadien des organismes de réglementation de la profession infirmière pour son format adapté à l’ordinateur. Les étudiants canadiens font l’examen pour la première fois en 2015. Les premiers résultats montrent que les infirmières et infirmiers canadiens ont obtenu un taux de réussite (70,6 %) de 10 p. 100 plus faible que celui obtenu aux examens d’entrée dans la profession canadiens précédents.

Ces résultats peuvent retarder le nombre d’infirmières et infirmiers qui débutent sur le marché du travail, un aspect essentiel au maintien de notre système de soins de santé.

Selon la présidente de l’AIIC, Karima Velji, un examen national d’entrée dans la profession infirmière représente l’une des garanties que seuls les infirmières et infirmiers qualifiés débutent dans la pratique. « Le Canada possède des programmes de formation très solides en soins infirmiers et les diplômés de ces programmes dispensent des soins sécuritaires et compétents. »

« L’AIIC croit qu’il est essentiel de veiller à ce que les Canadiens aient accès à un effectif en soins infirmiers viable et chevronné », mentionne Karima Velji.

Alors qu’elle va de l’avant, l’AIIC collaborera avec plusieurs de ses partenaires – l’Association canadienne des écoles de sciences infirmières, le Conseil canadien des organismes de réglementation de la profession infirmière, la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et infirmiers, l’Association des étudiant(e)s infirmier(ères) du Canada et l’Académie des chefs de direction en soins infirmiers – dans le but de mieux comprendre les raisons qui expliquent ces taux de réussite inférieurs et d’élaborer un plan d’action pour les améliorer.

« Les Canadiens, les étudiants en soins infirmiers, les gouvernements et les employeurs peuvent être persuadés que la profession surveille attentivement la situation et qu’elle collaborera avec tous les groupes nécessaires pour l’améliorer. Depuis bien des années, la profession infirmière est l’une des professions qui inspirent le plus confiance et nous nous engageons à préserver cette confiance », ajoute Karima Velji.

L’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) est la voix professionnelle nationale des infirmières et infirmiers autorisés du Canada représentant 135 000 membres. L’AIIC fait progresser la pratique et la profession infirmières afin d’améliorer les résultats pour la santé et de renforcer le système de santé public et sans but lucratif du Canada.

-30-

Pour plus d’information, veuillez communiquer avec :

Marc Bourgeois, directeur, Affaires publiques et participation des membres
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Téléphone : 613-237-2159, poste 252
Cellulaire : 613-697-7507
Courriel : mbourgeois@cna-aiic.ca