Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2017 > Déclaration de Barb Shellian, présidente de l’AIIC, à la suite de la rencontre du Conseil de la Fédération

Déclaration de Barb Shellian, présidente de l’AIIC, à la suite de la rencontre du Conseil de la Fédération

Edmonton, le 19 juillet 2017 — Barb Shellian a fait la déclaration suivante à la suite de la rencontre estivale du Conseil de la Fédération de 2017 :

« L’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) se réjouit des discussions continues des premiers ministres en vue de renforcer la durabilité à long terme et l’innovation dans notre système de soins de santé. L’accès déficient au nouveau médicament abortif Mifegymiso à l’heure actuelle est un exemple de la façon dont la réglementation et la législation désuètes empêchent les Canadiens d’avoir accès aux services de qualité qu’ils méritent. Alors que les infirmières et infirmiers praticiens (IP) assument un rôle intégral dans la prescription de Mifegymiso, les premiers ministres de tout le Canada doivent veiller à ce que ces professionnels puissent pratiquer dans la pleine mesure de leurs fonctions. L’AIIC exhorte par conséquent les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux à éliminer ces obstacles et d’autres entravant l’accès ponctuel à des soins de qualité.

« Nous avons été aussi très heureux de constater que la crise des opioïdes est toujours en tête de leurs priorités. Compte tenu de l’effet positif que les sites de consommation supervisée ont sur la sécurité des collectivités, le Canada peut en faire plus pour établir de nombreux autres services de ce genre. Par ailleurs, il est primordial que les gouvernements améliorent l’accès aux services sanitaires et sociaux, comme les traitements agonistes aux opioïdes, y compris la méthadone, le Suboxone et la diacétylmorphine (héroïne de prescription) pour les personnes prêtes à ce type d’interventions.

« Le projet de loi C-45, Loi concernant le cannabis, étant sensé être adopté avant juillet 2018, nous incitons tous les gouvernements provinciaux et territoriaux à travailler en collaboration avec le gouvernement fédéral pour veiller à adopter une approche pancanadienne en santé publique et à investir dans des stratégies de prévention afin de réduire les conséquences sanitaires, sociales et économiques indésirables de la consommation du cannabis. L’AIIC félicite les premiers ministres d’avoir convenu d’établir un groupe de travail provincial et territorial sur le cannabis.

« Nous avons aussi la confirmation de leur soutien continu aux organisations autochtones qui insistent sur la nécessité d’aller de l’avant avec une approche axée sur les familles, qui respectera les personnes ayant vécu la perte d’être chers et leur rendra hommage .

« Finalement, comme le Canada entame les négociations en vue du nouvel Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), nous exigeons une protection pleine et entière de notre système de soins de santé universel et public. Il est important de tenir compte des intérêts de la profession infirmière dans la négociation de bon nombre d’éléments, comme la mobilité de la main-d’œuvre, les règlements des différends entre État et investisseur, les droits de propriété intellectuelle, les mesures s’opposant à la protection des renseignements personnels et les conditions de travail. Nous continuerons de suivre de près les enjeux actuels comme l’emploi transfrontalier des IP et le respect de la confidentialité du personnel infirmier passant des examens d’autorisation élaborés par les États-Unis et de nous pencher sur le commerce transfrontalier dans une optique de santé publique. »

-30-

Pour obtenir plus d’information, veuillez communiquer avec :

Kevin Ménard
Conseiller en communications
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Tél. : 613-237-2159, poste 543
Courriel : kmenard@cna-aiic.ca