Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2018 > L’Association des infirmières et infirmiers du Canada approuve les mesures prises dans le budget fédéral de 2018 pour renforcer la santé publique et l’accès aux soins

L’Association des infirmières et infirmiers du Canada approuve les mesures prises dans le budget fédéral de 2018 pour renforcer la santé publique et l’accès aux soins

Ottawa, le 27 février 2018 — Barb Shellian, présidente de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC), félicite le ministre des Finances d’avoir pris des mesures dans le budget fédéral de 2018 afin de créer un conseil consultatif qui se penchera sur la création d’un régime d’assurance-médicaments national, sur le financement voué à l’éducation publique relative au cannabis, à la crise des opioïdes et à la démence, et d’avoir annoncé que la législation de mise en œuvre du budget inclura un projet de loi sur l’équité salariale.

« L’AIIC accueille favorablement la création d’un conseil consultatif (présidé par le Dr Eric Hoskins, ancien ministre de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario) dans le budget annoncé aujourd’hui », déclare Mme Shellian. « Nous incitons le gouvernement à donner suite à cette mesure et à agir en fonction de cet engagement pour créer un régime d’assurance-médicaments global pour le Canada, en collaboration avec les gouvernements provinciaux et territoriaux. Nous sommes aussi impatients de consulter le rapport final du Comité permanent de la santé de la Chambre des communes et espérons qu’il adoptera nos principales recommandations en vue de l’élaboration d’une stratégie pharmaceutique pancanadienne pour améliorer l’accessibilité, l’égalité, l’efficacité, la sécurité et l’utilisation judicieuse des médicaments d’ordonnance dans notre système de soins de santé. »

« Bien que le budget fédéral de 2018 ne verse pas les 125 millions de dollars répartis sur cinq ans pour l’éducation publique relative au cannabis que recommandait l’AIIC dans sa soumission prébudgétaire, elle est heureuse de constater que le budget fournit un investissement accru de 83 millions de dollars sur cinq ans en vue d’initiatives d’éducation publique (s’appuyant sur les 46 millions de dollars déjà prévus pour la même période). L’AIIC espère qu’une partie de ces nouveaux fonds soit prévue pour le personnel infirmier canadien. Un sondage Nanos [PDF, 1,4 Mo] indiquait que neuf Canadiens sur 10 étaient d’accord pour que les infirmières et infirmiers prennent une plus grande place dans l’éducation publique, mais un sondage national auprès du personnel infirmier a révélé que la moitié des répondants n’avait pas le niveau de connaissances adéquat pour renseigner leurs patients sur les méfaits de la consommation du cannabis à des fins non médicales », explique Mme Shellian.

« L’AIIC était également satisfaite de constater que le budget fédéral de 2018 propose des nouveaux fonds sur une période de cinq ans pour enrayer la crise des opioïdes, notamment du financement pour les collectivités autochtones, ainsi que pour une campagne d’éducation publique en vue d’aborder la stigmatisation qui crée des obstacles pour ceux cherchant à se faire traiter », ajoute Mme Shellian.

« Nous accueillons aussi favorablement les nouveaux fonds versés à l’Agence de la santé publique du Canada pour aborder les difficultés éprouvées par les personnes atteintes de démence au moyen de projets communautaires. L’AIIC demande au gouvernement de proposer des solutions pour aborder les problèmes touchant les patients, les familles, les aidants et la communauté de soins de santé en général, y compris le personnel infirmier. Par ailleurs, l’AIIC sera présente au congrès sur la démence en mai 2018 à Ottawa et s’attend d’offrir davantage de solutions au ministre de la Santé pour aider à traiter cette maladie.

« Le budget fédéral de 2018 propose de fournir un investissement important sur cinq ans pour améliorer la santé de nos collectivités autochtones en proposant des mesures comme l’accès durable aux services de soins médicaux essentiels, dont des services infirmiers 24 heures par jour et sept jours par semaine dans 79 communautés éloignées et isolées des Premières Nations », avance Marilee A. Nowgesic, directrice générale de l’Association des infirmières et infirmiers autochtones du Canada (AIIAC). « Bien que ce financement soit bien accueilli, l’AIIAC estime que les organisations bénéficieraient d’une approche favorisant les partenariats pour assurer que le savoir-faire et les connaissances de nos infirmières et infirmiers autochtones soient mis en pratique, et suivis lorsque nécessaire. Comme bon nombre d’entre nous le savons, les infirmières et infirmiers autochtones sont le premier point de contact pour tous les niveaux de soins de santé dans la collectivité et sont les professionnels les plus consultés par les membres de la communauté, les dirigeants autochtones et les entités professionnelles de la vie courante. À cette fin, nous consultons présentement de nombreux intervenants pour concevoir, élaborer et mettre en œuvre un cadre de connaissances en soins infirmiers autochtones qui présentera des données indispensables et des occasions de recherche », explique Mme Nowgesic.

« Finalement, l’AIIC est heureuse de constater qu’une attention particulière est accordée à des éléments de base importants de la justice sociale qui lui sont chers », mentionne Mme Shellian. « Le gouvernement proposera des amendements législatifs à la Loi Canadienne sur la santé pour éliminer la surfacturation et les frais d’utilisation dans notre système de soins de santé financé par l’État. L’AIIC est en outre impatiente d’examiner la nouvelle législation sur l’équité salariale qui sera présentée dans la législation de mise en œuvre du budget, laquelle devrait renforcer la participation des femmes au sein de la main-d’œuvre. Cette mesure devrait réduire l’écart salarial en faveur des femmes dans les milieux de travail fédéraux réglementés. »

-30-

L’Association des infirmières et infirmiers du Canada est la voix professionnelle nationale et mondiale des soins infirmiers au Canada représentant plus de 139 000 infirmières et infirmiers autorisés et infirmières et infirmiers praticiens du Canada. L’AIIC fait progresser la pratique et la profession infirmières afin d’améliorer les résultats pour la santé et de renforcer le système de santé public et sans but lucratif du Canada.

Pour obtenir plus d’information, veuillez communiquer avec :

Kevin Ménard
Conseiller en communications
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Tél. : 613-237-2159, poste 543
Courriel : kmenard@cna-aiic.ca