Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2018 > Une nouvelle ère pour le cannabis au Canada

Une nouvelle ère pour le cannabis au Canada, mais des préoccupations demeurent, selon l’AIIC

Ottawa, le 16 octobre 2018 – À la veille de la légalisation du cannabis au Canada, Mike Villeneuve, directeur général de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC), a fait la déclaration suivante :

« L’AIIC travaille avec diligence pour veiller à ce que tout le monde soit prêt pour la légalisation du cannabis à des fins récréatives demain. À l’approche imminente de cette nouvelle ère de la consommation du cannabis, nous encourageons tout le monde, surtout le personnel infirmier, à visiter le site Web de l’AIIC pour consulter les outils et ressources pédagogiques que nous offrons.

« Pour atténuer les méfaits associés à la consommation de cannabis, l’AIIC mise sur deux approches, soit l’éducation et la réduction des méfaits. La fiche infographique que nous avons récemment publiée et intitulée Réduction des méfaits de la consommation du cannabis non médical [PDF, 78,9 Ko] est un excellent outil pédagogique tant pour le public que pour le personnel infirmier. Au début de l’année, nous avons publié La réduction des méfaits de la consommation du cannabis à des fins non médicales [PDF, 722,5 Ko], un rapport marquant qui se penche sur la façon dont la légalisation peut minimiser les méfaits sociaux de la consommation du cannabis à des fins non médicales.

« Alors que l’AIIC accueille favorablement le projet de loi C-45, la loi fédérale qui a légalisé le cannabis à des fins non médicales, nous demeurons préoccupés. D’abord, les pénalités criminelles actuelles pour les jeunes contenues dans la loi touchera un grand nombre de jeunes. La prohibition ne fonctionne tout simplement pas. Les pénalités criminelles pour les jeunes possédant plus de cinq grammes de cannabis sont trop lourdes et, si elles leur sont imposées, elles pourraient mettre en péril leur avenir. Par ailleurs, ces pénalités affecteront de façon disproportionnée les groupes marginalisés ou racialisés. Dans un mémoire soumis au Sénat, l’AIIC recommandait que la possession de cannabis par les jeunes ne soit pas assujettie aux pénalités criminelles et que le gouvernement devrait plutôt recourir à une approche de justice réparatrice.

« Deuxièmement, alors que l’AIIC était heureuse au début de l’année de constater que le budget fédéral octroyait de nouveaux fonds pour l’éducation en matière de cannabis, nous estimons qu’il faut en faire plus. Un récent sondage Nanos [PDF, 1,4 Mo] a révélé que plus de neuf Canadiens sur 10 s’attendent que les infirmières et infirmiers agissent comme source d’information essentielle sur le cannabis, mais un sondage distinct [PDF, 802,5 Ko] a révélé que seulement six infirmières ou infirmiers sur 10 estiment avoir les connaissances ou des connaissances solides sur les risques associés à la consommation du cannabis à des fins non médicales. En mars 2018, l’AIIC a organisé une séance de remue-méninges sur le cannabis financée par Santé Canada à l’intention du personnel infirmier de tout le pays pour déterminer les besoins et les stratégies primordiaux en matière d’apprentissage. Nous espérons que d’autres occasions de ce genre se présenteront dans l’avenir.

« Dernièrement, l’AIIC ira de l’avant dans sa demande de maintien des deux volets distincts, soit la consommation de cannabis thérapeutique et récréative. En outre, nous continuerons de plaider auprès du gouvernement pour faire éliminer la taxe sur le cannabis à des fins médicales. Au début de l’année, l’AIIC s’est jointe à plusieurs groupes dans un mémoire commun soumis au comité permanent des finances de la Chambre des communes pour que le gouvernement fédéral remette en question sa décision de renouveler le cadre du droit d’accise sur le cannabis à des fins médicales. Ce nouveau cadre portera préjudice aux patients. »

-30-

Contexte

Webinaires

Prêt au déploiement? Examen de l’état de préparation et du rôle du personnel infirmier canadien en vue de la légalisation du cannabis à des fins non médicales — AUJOURD’HUI! Inscrivez-vous au webinaire en française le 18 octobre à 12 h (HE).

Le cannabis au Canada : les répercussions pour la profession infirmière dans les secteurs de la réglementation et des soins de santé en constante évolution (Juin 2017)

Réduction des méfaits liés à la consommation de cannabis à des fins non médicales (Février 2018)

La création d’espaces sécuritaires en soins de santé pour les personnes qui consomment des drogues — (plus particulier aux opioïdes, mais traite de l’atténuation de la stigmatisation, des soins axés sur la personne et des obligations contenues dans le Code de déontologie des infirmières et infirmiers autorisés)

Ressources

Pour une liste complète des ressources sur le cannabis de l’AIIC, y compris les mémoires et les présentations soumis au gouvernement, visitez cna-aiic.ca/cannabis.

L’Association des infirmières et infirmiers du Canada est la voix professionnelle nationale et mondiale des soins infirmiers au Canada représentant plus de 139 000 infirmières et infirmiers autorisés et infirmières et infirmiers praticiens du Canada. L’AIIC fait progresser la pratique et la profession infirmières afin d’améliorer les résultats pour la santé et de renforcer le système de santé public et sans but lucratif du Canada.

Pour obtenir plus d’information, veuillez communiquer avec :

David Granovsky
Responsable des relations gouvernementales
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Tél. : 613-237-2159, ext. 525
Cell : 613-697-7497
Courriel : dgranovsky@cna-aiic.ca