Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2021 > L’AIIC réclame des mesures immédiates et rapides pour ralentir la troisième vague de COVID-19

L’AIIC réclame des mesures immédiates et rapides pour ralentir la troisième vague de COVID-19

16 avril 2021 – Le Canada doit composer avec une troisième vague de COVID-19 qui s’avère plus dangereuse que les deux premières. Les hospitalisations augmentent constamment dans bien des provinces. Les unités de soins intensifs (USI) et leur personnel ont déjà atteint ou ont dépassé leur capacité. L’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) exige l’adoption immédiate d’une approche nationale de collaboration pour gérer les situations d’urgence découlant de la COVID-19 dans plusieurs provinces.

« L’un des défis est que, avant même la pandémie, nos USI ne possédaient pas la capacité de mobilisation suffisante et, face à une hausse des cas, nous commençons à ressentir les effets de nos ressources physiques et humaines limitées », a mentionné Tim Guest, président de l’AIIC. « Malheureusement, le seul fait d’ajouter des lits et des respirateurs ne résoudra pas ce problème, puisque les USI nécessitent des infirmières et infirmiers ainsi que des professionnels de la santé très spécialisés – lesquels étaient déjà trop sollicités avant la COVID-19 et qui démontrent maintenant des signes importants d’épuisement professionnel et de fatigue », selon M. Guest.

L’AIIC reconnaît que les USI doivent avoir une plus grande capacité pour fournir des soins à tous ceux qui en ont besoin, cependant cette démarche est plus complexe que de simplement muter des infirmières et infirmiers d’autres spécialités vers les soins intensifs. « Afin de prodiguer des soins sécuritaires aux patients, nous avons besoin de plus de membres du personnel formés en soins intensifs », a déclaré Michael Villeneuve, le directeur général de l’AIIC. « Pour assurer la sécurité des patients et de notre personnel de la santé au pays, les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux doivent collaborer dans l’immédiat avec les employeurs afin de gérer les ressources et de déployer les professionnels de la santé à l’appui des secteurs les plus touchés. Il se peut que nous devions prendre des décisions urgentes et difficiles pour mettre en place des ressources humaines supplémentaires. Aucune option raisonnable ne devrait être rejetée », a affirmé M. Villeneuve.

Compte tenu de la situation désespérée à laquelle sont confrontés les hôpitaux de certaines régions du pays, les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux doivent collaborer pour autoriser les Forces armées canadiennes à venir prêter main-forte aux hôpitaux ayant atteint leur capacité, à la fois pour soutenir les milieux de soins intensifs et offrir tout autre soutien nécessaire en matière de soins de santé et de logistique. À l’instar de la situation vécue en Ontario et au Québec au cours du printemps dernier, lorsque l’on a fait appel aux Forces canadiennes pour atténuer les effets de la crise dans les établissements de longue durée, les infirmières et infirmiers des Forces armées canadiennes sont tout à fait en mesure de soutenir certaines lacunes des soins intensifs.

Mis à part le besoin immédiat de déployer un plus grand nombre d’infirmières et infirmiers pour gérer le volume de cas de COVID-19 aux USI, les seules solutions pour éliminer ce virus mortel consistent à respecter les mesures strictes de santé publique et à se faire vacciner rapidement contre la COVID-19. « Nous devons continuer à investir des ressources importantes en vue de la vaccination au Canada. Les populations marginalisées courent un risque plus élevé de contracter la COVID-19, il faut ainsi accélérer la vaccination ciblée pour protéger ces populations et ralentir la propagation de ce virus », a indiqué M. Guest.

L’AIIC est disposée à travailler avec tous les gouvernements dans le but de trouver des solutions collaboratives à la crise actuelle.

-30-

À propos de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada
L’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) représente la profession infirmière du Canada à l’échelle nationale et mondiale. Elle est le porte‑parole des infirmières et infirmiers autorisés, praticiens, auxiliaires autorisés et psychiatriques autorisés, ainsi que des infirmières et infirmiers retraités de l’ensemble des treize provinces et territoires.

Pour obtenir plus d’information, veuillez communiquer avec :
Eve Johnston
Coordonnatrice des médias et des communications
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Cell. : 613-282-7859
Courriel : ejohnston@cna-aiic.ca