Accueil > Travail à l’étranger > Enjeux sanitaires dans le monde

Les enjeux de la santé dans le monde

L’AIIC cherche à se maintenir à jour à propos des enjeux liés à la santé de par le monde et elle travaille de concert avec un nombre d’organisations internationales pour connaître les derniers développements. Voici les secteurs dans lesquels l’AIIC s’implique :

  • la santé maternelle, du nouveau-né et de l’enfant
  • la justice et l’équité sociales
  • le leadership infirmier mondial
  • la mutilation génitale féminine
  • l’aide aux sinistrés.

Santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant

L’AIIC est une voix dynamique pour la promotion et la protection de la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant (SMNE). Lors de l’assemblée annuelle de 2010, les membres de l’AIIC ont voté unanimement pour faire des pressions auprès du gouvernement fédéral, en tant qu’hôte du Sommet du G8, afin qu’il appuie l’harmonisation des stratégies internationales en SMNE. L’AIIC a demandé aux infirmières autorisées canadiennes de communiquer avec les parlementaires afin qu’ils élaborent et financent des politiques nationales et mondiales pour soutenir la SMNE. 

L’AIIC a co-commandité le lancement canadien du rapport Adding It Up, publié en 2009 par le Guttmacher Institute et le Fonds des Nations Unies pour la population, qui souligne les bénéfices du financement de la santé de la mère et du nouveau-né et de la planification des naissances. De plus, en tant que membre du Conseil International des infirmières, l’AIIC appui le Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l'enfant (PMNCH), une initiative de l’Organisation mondiale de la santé; l’AIIC soutient également le Partenariat canadien pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant.

Justice et équité sociales

L’AIIC est d’avis que la justice sociale se manifeste par la distribution équitable des bénéfices et des responsabilités ainsi que de leurs résultats dans la société. La justice sociale s’attarde à la position relative d’un groupe social par rapport aux autres groupes d’une même société, ainsi qu’aux causes premières des disparités et ce qu’il faut faire pour éliminer ces dernières.

Le document de travail de l’AIIC intitulé La justice sociale…un moyen de parvenir à une fin, une fin en soi souligne sa réflexion conceptuelle et son orientation par rapport à la justice sociale. Le document présente une nouvelle version de l’évaluation de la justice sociale qui peut servir de guide pour l’examen des politiques, des programmes et des produits et de tremplin pour la réflexion et la discussion.

L’AIIC est d’avis qu’un des éléments importants d’une société juste est l’accès équitable et la juste distribution des conditions requises pour une bonne santé. Les liens entre la santé générale et l’équité sont indiqués dans l’énoncé de position de l’AIIC de 2009 Santé et équité dans le monde [PDF, 358,2 Ko].

Leadership infirmier dans le monde

L’énoncé de position de l’AIIC de 2009 intitulé Le leadership de la profession infirmière souligne le besoin indispensable de cultiver des leaders infirmiers et de l’effet du leadership infirmier sur les résultats pour le patient, le fournisseur et le système. D’un point de vue général, l’AIIC fait la promotion de l’importance d’un leadership dans les soins infirmiers. Par exemple, lors du symposium de 2008, Le leadership infirmier : avons-nous une responsabilité sociale mondiale?, les panélistes canadiens et internationaux ont offert leur point de vue sur les défis internationaux et interculturels, sur l’éducation et la collaboration afin de développer le leadership infirmier pour la santé dans le monde. 

Mutilation génitale féminine

Selon le document publié par l’OMS en 2008 intitulé Éliminer les mutilations sexuelles féminines :  déclaration interinstitutions, 100 à 140 millions filles et femmes ont subi une forme ou autre de mutilation génitale ou d’excision (MGF/E). Ce nombre continue de s’élever puisqu’il y a trois millions de filles de plus à risque chaque année.

Le rapport de l’UNICEF de 2010 intitulé The Dynamics of Social Change: Towards the Abandonment of Female Genital Mutilation/Cutting in Five African Countries souligne comment les communautés africaines travaillent à mettre fin à toute MGF/E. L’AIIC soutient les infirmières de par le monde qui travaille à améliorer les politiques, les programmes et les services sanitaires pour les femmes et les filles à risque de subir ou qui ont subi une MGF/E.
                                                
La mutilation génitale féminine est douloureuse et traumatisante. Elle est habituellement pratiquée sur les filles à partir de la naissance jusqu’à l’âge de 15 ans. Il n’existe aucun bienfait à la pratique de la MGF/E. En fait, c’est une violation des droits de la femme et elle peut provoquer de graves problèmes de santé, incluant le saignement, les problèmes urinaires et les complications lors de l’accouchement.

Il n’existe pas de solution unique pour mettre fin à cette pratique dangereuse, comme l’indique le rapport de l’UNICEF, car vouloir changer des normes sociales centenaires est un processus complexe et long. Pour mettre fin à la MGF/E, il faut une approche multiple qui implique le leadership et la solidarité de la communauté, une réforme législative et un réseau social des professionnels de la santé et autres intervenants.

Aide aux sinistrés

La planification en cas de désastre requiert l’intégration de tous les niveaux de gouvernement, ainsi que la collaboration interprofessionnelle, comme indiqué dans l’énoncé de position de l’AIIC de 2007, Préparation aux situations d’urgence et capacité d’intervention. Les gouvernements fédéral, provinciaux, territoriaux et municipaux et certaines organisations non gouvernementales doivent préparer les interventions en cas d’urgence avant que celles-ci n’aient lieu.

La contribution de l’AIIC au plan national d’intervention en cas d’urgence comprend une relation de travail avec le Centre de mesures et d’interventions d’urgence de l’Agence de la santé publique du Canada. L’AIIC offre une expertise en planification d’intervention d’urgence pour des problèmes sanitaires comme le plan d’urgence contre la variole de Santé Canada et offre au département une perspective nationale de la pratique infirmière éthique en cas de pandémie.

Sur le plan international, à un certain moment, l’intervention en cas d’urgence se transforme en aide au développement. L’aide de l’AIIC à l’intervention d’urgence internationale porte sur la collaboration avec les autres intervenants afin de déterminer les méthodes durables et les interventions appropriées en cas de désastre, incluant les suites du tsunami de 2004 en Indonésie et du séisme de 2010 en Haïti.