Accueil > Maladie à coronavirus (COVID-19) > Ressources et FAQ

Ressources et FAQ

Ressources de l’AIIC

Vidéos sur la COVID-19 — Derrière le masque

Les membres nous ont dit vouloir comprendre l’impact de la COVID-19 sur des clientèles et des milieux de soins très divers. Pour répondre à leur demande, l’AIIC enregistre maintenant des entrevues avec des experts en soins infirmiers qui parlent de leur pratique et de leurs expériences de la COVID-19. De temps à autre, nous verserons sur cette page de nouvelles vidéos, dont chacune examinera une clientèle ou un milieu de soin en particulier.

Centre d’évaluation : Luc Cormier (inf. aut., M. Sc. inf.), qui travaille au centre d’évaluation de la COVID-19 à Ottawa depuis le début de la pandémie, nous raconte pourquoi la communication, les faits et l’accès au dépistage de la maladie à coronavirus revêtissent tant d’importance pour les citoyens au cours de cette crise de santé publique.

Soins de longue durée : Jen Calver (IAA, IAACG(C), BAHSc, M.Sc.S(c)), une infirmière auxiliaire autorisée en Ontario, nous présente les complexités des soins aux résidents en maisons de soins de longue durée et la satisfaction que ces soins procurent (en anglais seulement).


Les soins de longue durée : Natalie Stake-Doucet (Inf., M.Sc., PhD [c]), activiste infirmière et présidente de l’Association québécoise des infirmières et infirmiers, nous parle de l’enrôlement pour prêter main forte en établissement de soins de longue durée pendant la pandémie.

Ressources générales

L’Organisation mondiale de la Santé offre des cours gratuits sur la COVID-19 pour les professionnels de la santé sur la chaîne OpenWHO. Ces cours comprennent les suivants :

Pallium et l’AMC ont mis en ligne gratuitement pour tous les professionnels de la santé les modules suivants :

Six modules d’apprentissage Les essentiels de l’approche palliative (LEAP)

L’AIIC a approuvé un module de simulation virtuelle élaboré par la Canadian Alliance of Nurse Educators using Simulation (CAN-SIM) et l’Association canadienne des écoles de sciences infirmières. La simulation est axée sur l’évaluation du patient et l’utilisation de l’équipement de protection individuel au cours de la pandémie de COVID-19 :

Ressources sur la santé mentale – outils :

Ressources sur la santé mentale – renseignements :

Autres ressources :

Foire aux questions

Qu'est-ce que la maladie à coronavirus (COVID-19)?
Le nouveau coronavirus (COVID-19) a été détecté pour la première fois dans un groupe de cas de pneumonie à Wuhan, en Chine, et a été signalé par la suite à l’Organisation mondiale de la Santé le 31 décembre 2019. Le coronavirus est un type de virus qui peut infecter à la fois les humains et les animaux. D'autres genres de coronavirus ont déjà infectés l'homme auparavant, tel que le SRAS et le MERS-CoV. La COVID-19 a été confirmée comme un nouveau coronavirus qui n'a pas encore été identifié chez l'homme.

Est-ce que la COVID-19 est aéroportée?
Les données actuelles indiquent que le virus à l'origine de la COVID-19 est principalement transmis par des gouttelettes respiratoires et par un contact étroit. Le virus peut se transmettre dans l'air lors d'interventions médicales générant des aérosols (IMGA). Les recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) sont fondées sur ces données actuelles. La définition exacte des interventions considérées comme des IMGA peut varier selon la province ou le territoire, veuillez vous référer aux directives de votre administration. La situation évolue et nous continuons à surveiller tout changement dans les données probantes ou les lignes directrices. Voir le résumé des données probantes de l'OMS.

Existe-t-il un traitement ou un remède contre la COVID-19?
Il n'existe présentement aucun vaccin ou traitement approuvé contre la COVID-19. Les chercheurs travaillent d'arrache-pied pour mettre au point un vaccin; la date possible la plus rapprochée pour une accessibilité à tous est prévue au printemps 2021.

Où puis-je trouver de l’information à jour contenant des statistiques sur la COVID-19?
Le site Web de l’Agence de la santé publique du Canada fournit de l’information générale sur la COVID-19 et des statistiques à jour concernant la pandémie au Canada.

Combien d’infirmières et infirmiers canadiens ont obtenu des résultats positifs au test de dépistage de la COVID-19?
Nous n’avons pas de données exactes en ce moment sur le nombre d’infirmières et infirmiers canadiens ayant contracté ou eu des résultats positifs au test de dépistage de la COVID-19. Mais, l’AIIC travaille en étroite collaboration avec d’autres organisations nationales de soins de santé pour préconiser le signalement nécessaire des taux d’infection, de maladie et de décès parmi les travailleurs de la santé qui sont liés à la COVID-19. Elle examine également de nouveaux moyens de recueillir ces données. Nous fournirons d’autres renseignements à mesure qu’ils seront disponibles.

Comment mon rôle va-t-il changer à la lumière de la pandémie?
Cela dépendra probablement de votre employeur et des plans mis en place pour la préparation à la pandémie. Toutes les provinces et tous les territoires ont maintenant déclaré l'état d'urgence en raison de la COVID-19. Les ministères de la santé ont ainsi le pouvoir de redistribuer le personnel de la santé en fonction des besoins. Vous pouvez être redéployé dans un autre rôle, une autre unité ou un autre centre d'évaluation et de test pour soutenir la pandémie de COVID-19. Pour plus d'informations sur les enjeux éthiques, les considérations et vos responsabilités pendant une pandémie, veuillez consulter le Code de déontologie de l'AIIC.

Quel est le rôle de l'AIIC pendant la pandémie de COVID-19?
En tant qu'association professionnelle nationale des infirmières et infirmiers réglementés, le rôle de l'AIIC est axé sur la défense des intérêts afin de relever et d'atténuer les défis auxquels les infirmières et infirmiers sont confrontés, d'améliorer les résultats sur la santé du public et de développer des ressources fondées sur des données probantes pour soutenir les infirmières et infirmiers dans leur pratique. L'AIIC coordonne également ses activités avec le Conseil international des infirmières afin de représenter la voix des infirmières canadiennes dans le monde. Pendant la pandémie de COVID-19, l'AIIC a plaidé auprès des instances ministérielles fédérales et provinciales en faveur de politiques, de ressources et du soutien dont le personnel infirmier a besoin pour fournir des soins sûrs, de qualité et éthiques.

L'AIIC continue à suivre de très près la situation et à répondre aux besoins des infirmières et infirmiers réglementées qui travaillent pendant cette crise de santé publique sans précédent.

Comment l’AIIC représente-t-elle à l’heure actuelle les infirmières et infirmiers relativement à l’équipement de protection individuelle (EPI)?
En tant qu’association professionnelle de soins infirmiers au Canada, l’AIIC travaille en étroite collaboration avec d’autres organisations nationales de soins de santé, telles que la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers (FCSII), pour préconiser le soutien et la protection appropriés du personnel infirmier et d’autres travailleurs de la santé. L’AIIC a incité, et continue d’inciter, tous les ordres de gouvernement à pécher par excès de surprotection.

Pour obtenir d’autres renseignements, veuillez consulter les lettres de représentation de l’AIIC.

Quel niveau d'équipement de protection individuelle (EPI) dois-je utiliser lorsque je prodigue des soins à un patient présentant un cas présumé ou confirmé de COVID-19?
Les recommandations actuelles de l'Agence de la santé publique du Canada exigent des précautions contre la transmission par contact et par gouttelettes, qui comprennent une protection faciale (avec un masque chirurgical/opératoire ou de procédure et une protection oculaire – lunettes de protection, lunettes de sécurité, visière ou écran facial), une blouse et des gants pour les soins de routine d'un cas probable ou confirmé de COVID-19. Il faut se laver les mains chaque fois que cela est indiqué, en y accordant une attention particulière avant et après le retrait de l’EPI ainsi qu’après avoir quitté le milieu des soins aux patients.

Pour les IMGA, des respirateurs N95 sont requis au lieu d'un masque chirurgical ou opératoire. Cette recommandation s'appuie sur les données probantes actuelles qui indiquent que la COVID-19 se propage par des gouttelettes respiratoires provenant de la toux, des éternuements ou d'un contact personnel prolongé. Chaque province et territoire peut élaborer des directives distinctes; il est donc important de déterminer quelles sont les directives provinciales et organisationnelles spécifiques à votre lieu de travail.

L'AIIC estime que les infirmières et infirmiers et autres travailleurs de la santé réglementés doivent bénéficier du niveau de protection optimal disponible et que le choix de la protection appropriée utilisée dans les situations cliniques en milieu hospitalier doit être fait par les professionnels de la santé dans chaque situation. Les infirmières et infirmiers réglementés sont bien préparés à prendre ces décisions – mais ils les fondent sur des directives et des données probantes solides et ils doivent pouvoir accéder rapidement à une protection appropriée pour la situation clinique en question. Lire les Messages clés sur l’EPI de l’AIIC [PDF, 103,3 Ko].

Comment puis-je équilibrer ces mesures de précaution et la réalité dans les différents milieux de soins, tels que les soins à domicile et ceux dans la communauté?
En tant que professionnels de la santé, nous avons la responsabilité et pouvons effectuer une évaluation des risques dans notre milieu de travail. Il incombe aux employeurs de fournir de l’équipement de protection individuelle (EPI) en quantité suffisante pour protéger les infirmières et infirmiers. De plus, l’EPI doit être utilisé en parallèle avec d’autres mesures de contrôle, comme celles liées à l’ingénierie et l’administration. Si votre milieu de travail n’est pas conforme à ces directives, il est possible d’en préconiser l’amélioration.

Autres ressources :

Quelle est la position de l’AIIC ayant trait à la conservation déraisonnable de l’équipement de protection individuelle (EPI)?
Le choix d’utiliser de l’équipement en situations cliniques dans les hôpitaux revient aux fournisseurs de soins selon la situation. Le personnel infirmier est bien préparé à prendre ces décisions, en fonction de lignes directrices et de données probantes solides. Les employeurs ont le devoir de fournir l’équipement de protection approprié en quantité suffisante pour protéger les infirmières et infirmiers.

Le personnel infirmier peut-il refuser de travailler s’il n’obtient pas l’EPI approprié?
Lors d’une pandémie, il s’avère plus complexe de choisir entre l’obligation du personnel infirmier de prodiguer des soins et sa propre santé et sécurité, ou celle de sa famille. Ces décisions sont personnelles et difficiles. Le Code de déontologie de l’AIIC [PDF, 948,5 Ko] définit l’obligation de prodiguer des soins pour les infirmières et infirmiers comme un devoir professionnel et une obligation légale, tout en reconnaissant que « dans certaines circonstances, il peut être acceptable qu’une infirmière ou un infirmier se soustraie à des dispositions s’appliquant à la prestation de soins ou qu’elle ou il refuse de prodiguer des soins ».

L’autoréflexion et la discussion concernant les risques et les avantages particuliers pour le personnel infirmier lorsqu’il travaille durant une pandémie constituent des stratégies utiles. Les infirmières et infirmiers peuvent juger pertinent de se poser certaines questions, comme les suivantes :

  • Quel risque le bénéficiaire de soins court-il si l’infirmière ou l’infirmier ne lui apporte pas son secours?
  • Dans quelle mesure l’intervention infirmière est-elle directement reliée à la prévention de préjudices?
  • L’intervention infirmière permettra-t-elle probablement de prévenir des préjudices?
  • Dans quelle mesure l’intervention infirmière présente-t-elle des avantages qui l’emportent sur les torts auxquels l’infirmière ou l’infirmier s’expose et ne représente pas un risque plus grand que le risque acceptable pour l’infirmière ou l’infirmier?

Pour un complément d’information, veuillez lire les Considérations déontologiques pour les infirmières et infirmiers en cas de pandémie de l’AIIC [PDF, 244,3 Ko].

Quelles sont les données probantes sur le port de masques en public?
Les masques médicaux (les masques chirurgicaux, les masques pour les procédures médicales et les respirateurs comme les N95) doivent être conservés pour les fournisseurs de soins directs aux patients atteints de la COVID-19. L’utilisation publique des masques est facultative qui, s’ils sont utilisés seuls, n’empêchent pas la propagation de la COVID-19. Il est possible d’utiliser un couvre-visage ou un masque non médical fait maison, en plus d’appliquer des stratégies de prévention de routine, pour protéger les autres personnes de votre entourage lorsque l’éloignement physique s’avère impossible. Il n'a pas été prouvé que le port du masque protège la personne qui le porte, mais qu’il protégerait plutôt lors de contacts avec d’autres personnes. D’autres mesures, telles que l'éloignement physique et le lavage des mains, demeurent nécessaires.

Autre ressource :

Puis-je utiliser un masque en tissu ou fait maison?
De plus en plus de rapports font état de ressources et de fournitures limitées – en particulier des masques chirurgicaux et des respirateurs N95 – pour les infirmières et infirmiers réglementés dans tout le Canada. De nombreux infirmières et infirmiers ont demandé si l'utilisation de masques en tissu ou de masques faits maison était acceptable. Les directives actuelles de Santé Canada mettent l'accent sur la prudence en ce qui concerne les masques faits maison, car ils ne sont pas réglementés et peuvent ne pas être efficaces pour bloquer les particules virales. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter votre organisation ou les autorités sanitaires provinciales ou territoriales.

Quelles sont les données probantes sur la réutilisation des masques?
Les directives concernant la réutilisation des masques varient, puisque la plupart des masques sont conçus pour un usage unique. En raison de la pénurie critique d'équipement de protection individuelle (EPI) pendant la pandémie de COVID-19, le retraitement ou la décontamination des respirateurs N95 en vue de leur réutilisation est envisagée par Santé Canada. Consultez les Messages clés sur l’EPI de l’AIIC [PDF, 103,3 Ko] pour examiner un tableau comparatif des directives liées à la réutilisation des masques ainsi que d’autres stratégies afin d’optimiser leur utilisation.
Autre ressource :

Dans le cadre des soins prodigués aux malades gravement atteints, comment pouvons-nous, en tant qu’infirmières et infirmiers, encourager la discussion sur les soins et les choix en fin de vie?
La discussion sur les choix en fin de vie constitue un volet important des soins infirmiers. Le rôle de la profession infirmière est essentiel afin de prêter attention aux réflexions et aux préoccupations des patients, d’observer la dynamique familiale et de fournir (et réitérer) des renseignements clairs et concis sur les options de soins en fin de vie. Les infirmières et infirmiers de tous les milieux doivent encourager la planification préalable de soins auprès des patients ou des clients, de la famille et des amis.
Autres ressources :

Comment puis-je gérer mes sentiments de culpabilité liés au fait d’être infirmière ou infirmier, mais de ne pas prêter main-forte aux premières lignes d’intervention?
Il n’est pas rare d’éprouver des sentiments de culpabilité, comme le mentionne un article récent qui a paru dans la revue Nursing Times. Il faut reconnaître la contribution de tout le personnel infirmier dans tous les domaines (pratique, éducation, recherche, politiques et administration) au cours de la pandémie de COVID-19. Ensemble, nous soutenons collectivement nos collègues au point d’intervention.

Comment pouvons-nous mieux appuyer le personnel infirmier et les autres fournisseurs de soins pour gérer leur désarroi moral et leur saturation compassionnelle?
Le désarroi moral – l’angoisse ressentie lorsqu’une personne se sent contrainte de faire de qui est perçu comme la bonne décision dans une situation de soins – devrait augmenter dans les milieux de l’urgence. Établir des liens avec les collègues pour aborder comment ce travail incroyablement stimulant vous fait sentir est l’une des façons les plus efficaces d’atténuer le désarroi moral. Cela nécessite des efforts, mais chaque personne doit multiplier les occasions d’établir des liens, de parler de son expérience et de se soutenir mutuellement. Veuillez consulter les ressources en santé mentale énumérées ci-dessus.

Quels types de soutien et de ressources en santé mentale sont offerts au personnel infirmier et à d’autres personnes touchées par la pandémie?
La pandémie de COVID-19 entraîne un stress important pour toutes les personnes, compte tenu de l’interruption des activités habituelles et du fardeau supplémentaire sur les services essentiels. On encourage les infirmières et infirmiers à consulter les ressources (p. ex. le soutien organisationnel et provincial des soins infirmiers) pour les aider à prendre soin de leur santé mentale. Veuillez consulter les ressources en santé mentale énumérées ci-dessus.

Quels efforts sont déployés pour appuyer les étudiant(e) en soins infirmiers au Canada?
Le bien-être des étudiant(e)s en soins infirmiers préoccupe principalement le corps enseignant en sciences infirmières au Canada. Des efforts considérables sont déployés en ce moment pour déterminer divers scénarios en vue des prochains semestres qui réduiront le plus possible les répercussions sur l’apprentissage, le parcours éducatif et l’expérience des étudiant(e)s. La technologie a permis de connecter les étudiant(e)s avec leurs pairs et le corps enseignant ainsi qu’avec le soutien en milieu scolaire, tels que les services de counseling.

Obtenez de plus amples renseignements en consultant le site de l’Association canadienne des écoles de sciences infirmières qui a publié des ressources et des conseils aux écoles de sciences infirmières pour réagir face à la COVID-19.


Références :

https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/medicaments-produits-sante/instruments-medicaux/activites/annonces/covid19-avis-masques-faits-maison.html

https://www.who.int/news-room/commentaries/detail/modes-of-transmission-of-virus-causing-covid-19-implications-for-ipc-precaution-recommendations

https://www.cna-aiic.ca/-/media/cna/page-content/pdf-fr/code-de-deontologie-edition-2017-secure-interactive.pdf